Information sur la source

Nova Scotia Archives
Ancestry.com. Évaluations, registres des impôts locaux et recensements, Nouvelle-Écosse, Canada, 1770 à 1795 et 1827 [base de données en ligne]. Provo, UT, USA: Ancestry.com Operations, Inc., 2013.
Données originales : Halifax Real Estate Valuation, 1775. Commissioner of Public Records collection. Series: City of Halifax, 1749–1869. RG 1, vol. 411. Nova Scotia Archives, Halifax, Nova Scotia, Canada.

 Évaluations, registres des impôts locaux et recensements, Nouvelle-Écosse, Canada, 1770 à 1795 et 1827

Cette collection contient des recensements de 1770 à 1787 et celui de 1827, des évaluations de 1786 à 1787, des listes des impôts locaux de 1791 à 1795 et des évaluations immobilières pour l’année 1775. Elle consiste uniquement en un index, mais les utilisateurs peuvent cliquer sur un lien vers la page du document pour afficher son image sur le site Web des Archives de la Nouvelle-Écosse à partir duquel il est possible de l’imprimer ou de l’enregistrer. Alors qu’aucune des collections n’offre une couverture complète de la province, celles-ci sont essentielles pour documenter les résidents de la Nouvelle-Écosse vers la fin du 18ème siècle et le début du siècle suivant.

Recensements
Les recensements contiennent des informations sur le chef de ménage, et alors que certains sont souvent maigres en détails, celui de 1927 est une exception. Il demandait des informations comme le nombre d’hommes et de femmes dans chaque famille, le nombre d’ouvriers agricoles ou de domestiques employés, le type de profession (agriculture, commerce, production), la religion, le nombre de membres de la famille nés, enterrés ou décédés pendant l’année du recensement, le nombre d’acres cultivés et les statistiques agricoles (la quantité de récoltes et de bétail).

Documents autres que des recensements inclus dans la collection
Listes des impôts locaux de la Nouvelle-Écosse, 1791 à 1793.
En 1791, la législature de la Nouvelle-Écosse a instauré une capitation sur tous les hommes adultes dans le but de réduire la dette provinciale. Le montant de l’impôt variait selon la profession de l’individu et le nombre de têtes de bétail, et la législation a été amendée au cours des années jusqu’à sa révocation en 1796. Cette collection comprend un index de ces impôts pour les années 1791 à 1793, et les résultats sont liés à des images des documents sur le site des Archives de la Nouvelle-Écosse. Cet index contient le nom et l’adresse de chaque personne. Les documents de cette collection proviennent des comtés suivants :

  • Annapolis
  • Antigonish
  • Colchester
  • Cumberland
  • Guysborough
  • Halifax
  • Hants
  • Kings
  • Lunenburg
  • Pictou
  • Queens
  • Shelburne

Registres d’impôts
Vous trouverez dans cette collection des documents sur les impôts tirés des Gideon White Family Papers. Gideon White était un loyaliste du Massachusetts qui s’était installé à Shelburne en Nouvelle-Écosse pendant la Révolution américaine. Il était un collecteur d’impôts et les registres fiscaux des années 1786 à 1787 sont inclus dans cette collection. Ceux-ci contiennent les noms et adresses des contribuables de Shelburne, les professions et les taxes des pauvres et de comté dues.

Contexte historique
La colonisation européenne permanente de la Nouvelle-Écosse a commencé avec les français en 1604. Le contrôle de la région alterna entre les anglais et les français jusqu’au prochain siècle et la guerre et la politique jouèrent un rôle important dans la détermination de la démographie de la province. Les colons écossais ont commencé à arriver à partir de 1621. Ils deviendront le groupe ethnique dominant dans une province qu’ils partageront éventuellement avec les anglais, les irlandais, les allemands, les loyalistes (fidèles à la couronne britannique) d’Amérique, les Premières nations, les acadiens français, les africains de la Nouvelle-Écosse et d’autres.